AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The solution's in your hand... [R.]

Aller en bas 
AuteurMessage
Linnéa Bocarelli
FIREADMIN Let me burn out. It's my way of life.
avatar

Nombre de messages : 390
Age : 26
Your Song : Like a Hobo ▬ Charlie Winston
Pseudonyme : White Coton
Date d'inscription : 24/01/2009

MY COOKED LIFE
JOB : Chef de partie - Pâtisserie
MY SWEET CANDIES :
THINGS TO DO :

MessageSujet: The solution's in your hand... [R.]   Mer 11 Fév - 18:11



Sujet réservé à Elizabeth J. Bishop.


Dans la chambre froide du restaurant, Linnéa vérifiait les stocks de fruits pour la soirée, elle avait prévu comme dessert du jour, une sorte de tarte aux fruits un peu élaborée et elle espérait qu’il y en aurait assez. Chose faite, elle en sortit grelottante et mit quelques minutes avant de se réchauffer. Elle se cala ainsi dans l’un des banquettes de la salle à manger et se mit à lire le dernier numéro de Psychologie Magasine, celui qui parlait plus des hommes que d’autres choses. Non pas que la jeune chef soit l’un de ces femmes qui croient tout ce que disent les magasines, mais elle appréciait en lire, cela la détendait et elle se moquait souvent des soit-disant problèmes de femmes qui pensent qu’avoir des cheveux trop frisés peut mettre à mal une relation amoureuse. Enfin, plongée dans la lecture, elle dévorait des dizaines de pages jusqu’au moment où elle tomba sur LA page. Celle qui révélait tout ce que Liz’ aurait besoin de savoir pour l’aider à enfin conclure avec Jilly. Depuis le temps, Lin’ n’espérait qu’une chose : Qu’ils acceptent enfin leurs sentiments et se mettent en couple. Ils étaient fait l’un pour l’autre et la jeune femme désespérait à les voir un jour amants. Comme Niels dans la Nounou d’Enfer tient ! Pendant cinq ans, ce pauvre major d’homme s’était éreinté à faire avouer à M. Shefield qu’il était amoureux de Miss Fine. Il n’y avait plus qu’à espérer que Jilly et Liz’ ne mettraient pas autant de temps.

Comme une joueuse de football qui aurait marqué un magnifique but, Linnéa leva le bras en signe de victoire et se précipité hors du restaurant, prétextant une affaire urgente. Elle mit cinq minutes avant de réussir à enclencher le contact, l’excitation l’empêchait de calmer les tremblements de sa main et il lui fut difficile de viser le bon trou. Une fois en route, elle, se hâta de se rendre au Phénix, l’hôtel dans lequel Liz’ logeait. Le concierge, qui la connaissait, la laissa monter par les escaliers comme une dératée, son magasine toujours levé vers les cieux.
La porte de la chambre était ouverte, avec violence et théâtralité, Linnéa entra dans la chambre de son amie, un gigantesque sourire aux lèvres.


« Ne t’inquiètes plus Lizichou ! J’ai trouvé ce qu’il te faut ! J’ai LA solution pour que tu puisses enfin te mettre avec Jillynet ! » Alors, elle se précipité sur son amie, visiblement éberluée de son arrivée en trombe. Elle agita son magasine sous son nez pendant quelques secondes avant de lui désigner l’article en question. « Tient, regardes ! Ne suis-je pas merveilleuse d’avoir déniché LA solution à tes problèmes de non-couple ? » Ne vous méprenez pas, Linnéa n’était pas dans une période de narcissisme extrême, disons jute qu’elle était très heureuse.

_________________
    ©️ White Coton & Doomsday
    Elle s'excuse, se relève
    Il renfile sa chemise
    Ca fait un peu Adam et Eve
    En moins débile, bref ils sympathisent
    ©️ Volo ~ Le Bonheur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://white-coton.livejournal.com
Elizabeth J. Bishop
ICELADY • It's not a cry that you hear in night, it's not somebody have seen the light.
avatar

Féminin Nombre de messages : 92
Age : 25
Humeur : • numb
Your Song : SUSAN ENAN • Bring on the wonder
Pseudonyme : Doomsday
Date d'inscription : 07/02/2009

MY COOKED LIFE
JOB : • Seconde du Chef.
MY SWEET CANDIES :
THINGS TO DO :

MessageSujet: Re: The solution's in your hand... [R.]   Mer 11 Fév - 22:09



    Rien n'était plus beau, plus leste, plus brillant que la tâche ardue qu'exerçait Elizabeth Joey Bishop à cet instant. Un soufflé. Une chose particulièrement ardue pour un cuisinier, et elle comptait le réussir, de toutes les choses à faire en cuisine elle savait quasiment tout faire sauf ce qu'elle ne connaissait pas encore. Mais le soufflé était quelque chose qu'elle n'avait expérimenté qu'il y a dix ans, lorsqu'elle avait rencontré un homme qu'elle avait aimé, le soufflé elle ne le réservait qu'aux hommes. Et Lin' le savait parfaitement, ainsi quand les ennuis commencèrent pour Liz c'est à dire lorsque sa meilleure amie passa le seuil de sa porte, ce que Elizabeth redoutait le plus se déroula sous ses yeux. Par éléments successifs, Lin' défonça la porte de Bishop, hurla et agita quelque chose qui avait un jour été un article de journal Psychologie à deux balles. Oh doux jésus, si elle avait été capable de jurer le seigneur tout puissant elle l'aurait fait.

    « Ne t’inquiètes plus Lizichou ! J’ai trouvé ce qu’il te faut ! J’ai LA solution pour que tu puisses enfin te mettre avec Jillynet ! », hurla t'elle dans les oreilles fatiguées à l'avance de Liz. « Ne m'appelle pas Lizichou... », murmura Bishop entre ses dents. « Tiens, regarde ! Ne suis-je pas merveilleuse d’avoir déniché LA solution à tes problèmes de non-couple ? » « Tu n'es pas merveilleuse, tu es ennuyeuse. », répondit t'elle du tac au tac, son soufflé allait mourir c'était obligé, elle mit sa main dans sa poche, tâtonnant pour un court instant le double des clés de Jilly afin de vérifier si il était toujours là.

    « Et je n'ai pas de problème à être célibataire... », elle savait ce qu'il fallait faire, à ce moment là faire parler Lin' d'elle même allait la faire oublier pendant au moins une demie heure ce qu'elle venait de dénicher. Sauf erreur de la part de Liz ou contretemps. « ...par contre toi tu ne m'as pas parlé de ton récent rencart, j'en conclue que tu était nulle et qu'il t'a laissé. », faire semblant de ne pas croire en Lin' était un moyen efficace pour que celle ci monte sur ses grands sabots et qu'elle cherche par tout les moyens à démontrer le contraire. Elizabeth jeta un coup d'œil à son four, son soufflé était peut être foutu, mais au moins sa meilleure amie n'avait aucune idée de l'intelligence dont faisait preuve Joey.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hells-smoke.livejournal.com
Linnéa Bocarelli
FIREADMIN Let me burn out. It's my way of life.
avatar

Nombre de messages : 390
Age : 26
Your Song : Like a Hobo ▬ Charlie Winston
Pseudonyme : White Coton
Date d'inscription : 24/01/2009

MY COOKED LIFE
JOB : Chef de partie - Pâtisserie
MY SWEET CANDIES :
THINGS TO DO :

MessageSujet: Re: The solution's in your hand... [R.]   Dim 15 Fév - 19:51

Arrivée en trombe dans l’appartement de sa meilleur amie, Linnéa ne se doutait pas que cette dernière était en train de tenter un soufflé. Si elle l’avait su, la jeune femme serait entrée tout doucement et sur la pointe des pieds, de peur de provoquer quelques vibrations qui auraient pu mettre à mal l’élaboration d’un des plats les plus difficiles à cuisiner. Mais elle ne le savait pas et arriva dans la cuisine comme un éléphant près d’un lac.
Lorsqu’elle lui répondit, Liz’ avait l’ai en colère, ou tout moins contrariée et les paroles qu’elle prononça, si elles n’étaient pas totalement froides, n’étaient pas des plus chaleureuse. De ce fait, les ardeurs de Linnéa furent calmées à la seconde même et elle arqua les sourcils, intriguée.
« Mais qu’est-ce que tu as aujourd’hui ? Tu as tes règles ou quoi ? » Son sourire enfantin éclaira son visage durant quelques secondes, avant qu’elle ne voit le soufflé dans le four. Là, elle eut le visage épouvanté d’une personne qui vient de voir un mort vivant manger son compagnon. La main droite sur sa bouche et les yeux grands ouverts, elle s’exclama : « Oh merde ! Mais quelle con ! Non mais quelle con ! C’est vrai quoi ! Je vais te faire rater ton soufflé si je continue comme ça ! » Puis, elle se mit à genoux, les mains l’une contre l’autre, presque implorante et avec le regard d’un chien battu. « Je suis vraiment désolée Lizzichounette ! Tu me pardonnes, hein ? Dis moi que tu me pardonnes ! Vivre en sachant que tu m’en veux m’est impossible… Je ne verrais pas d’autres alternatives que mettre la fin à mes jours… » Mais Linnéa ne parvint pas à rester sérieuse très longtemps et la fin de ses excuses ressembla bien plus à une scène de théâtre extrêmement tragique qu’à de plates excuses.

Là dessus, sa meilleure amis lui affirma avec aplomb qu’elle n’avait aucun problème à être célibataire. Linnéa le savait parfaitement. Mais elle savait également que Elizabeth et Jilly étaient faits l’un pour l’autre et qu’il était inhumain de ne pas les aider.
« Non, mais je sais que tu n’a aucun problème à être célibataire. MAIS, il n’empêche que toi et Jilly êtes faits l’un pour l’autre, que c’est l’homme de ta vie et que si vous continuez à faire l’autruche, vous allez finir seuls, aigris et vieux ! » La jeune femme avait une vision très personnelle de ce que pouvait être la solitude chez les personnes âgées et autant vous dire que ce n’était pas très glorieux. Mais Elizabeth était une femme pleine de ressource qui connaissait tellement bien Linnéa qu’il lui était facile de la laisser partir dans ses diatribes philosophiques à propos des hommes et surtout de l’homme pour qui ses hormones dansaient la samba depuis un petit moment. « Mon dernier rancart ? M’en parles pas ! C’était l’horreur. Déjà, il avait 22 ans le gamin, et en plus, tu sais quoi ? Il était boutonneux ! Quand je dis boutonneux, c’est vraiment boutonneux, pas deux trois boutons, NON ! Il n’avait que ça ! sa figure était pire que le clafoutis de Leonora lorsqu’elle ne fait pas attention et qu’elle met un kilo de cerise sans s’en rendre compte ! » Linnéa était partie, debout, elle bougeait les bras pour s’exprimer comme le ferait n’importe qu’elle Italien digne de ce nom, mais ce n’était pas fini. « Oh et puis j’te jure ! Non mais n’importe quoi ! Un vrai goujat, déjà, il arrive avec vingt minutes de retard et prétexte que c’est un patients qui l’a retenu. Tu sais, c’est le fils de la copine de ma mère, la chirurgienne ! Genre j’vais le croire tu sais ! Et puis, en plus, à la fin du repas tu sais ce qu’il me sort ? « Je suis désolée madame, mais je crois que j’ai oublié mon porte feuille ! » Et alors que toute femme se serait indignée qu’un homme ne paie pas le repas, ce ne fut pas ce qui marqua le plus Linnéa. « Tu te rends compte ? Qu’il oublie son porte feuille, je peux comprendre, ça arrive ! Mais m’appeler MADAME ! Tu te rends compte ?! Comme si j’avais trente cinq ou quarante ans ! Mais il est taré ce nabot ! J’aime autant te dire que je l’ai renvoyé dans ses vingt six mètres celui là ! » Linnéa se calma alors et reprit son souffle, mis à mal durant cette longue tirade, pleine de sentiments tous aussi légitimes les uns que les autres. Puis, elle regarda sa meilleure amie et se rendit compte qu’elle semblait tripoter quelque chose dans sa poche. Intriguée et curieuse, elle s’enquit : « Mais qu’est-ce que tu as dans ta poche ? Parce que je sais pas, mais je te vois le tripoter depuis tout à l’heure… Tu ne vas pas me dire que c’est un mini sex-toy quand même ?! » Boutade de la jeune femme qui se farda d’un sourire enfantin.

Tu m'excuseras, je me suis un peu laissée emporter par l'indignation de Linnéa... 015

_________________
    ©️ White Coton & Doomsday
    Elle s'excuse, se relève
    Il renfile sa chemise
    Ca fait un peu Adam et Eve
    En moins débile, bref ils sympathisent
    ©️ Volo ~ Le Bonheur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://white-coton.livejournal.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The solution's in your hand... [R.]   

Revenir en haut Aller en bas
 
The solution's in your hand... [R.]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Idée : Solution au probleme de longueur limitée des URL?
» ENIGME BD 1 (avec SOLUTION...!)
» Second Hand Rabbit - How to Setup
» Résolution de la webcam??
» Solution autonome sur NAS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SWISS' FLAVOURS :: CUREGGIA :: LE PHÉNIX :: ROOM 003-
Sauter vers: