AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Do you want to die ? [R.]

Aller en bas 
AuteurMessage
Linnéa Bocarelli
FIREADMIN Let me burn out. It's my way of life.
avatar

Nombre de messages : 390
Age : 26
Your Song : Like a Hobo ▬ Charlie Winston
Pseudonyme : White Coton
Date d'inscription : 24/01/2009

MY COOKED LIFE
JOB : Chef de partie - Pâtisserie
MY SWEET CANDIES :
THINGS TO DO :

MessageSujet: Do you want to die ? [R.]   Dim 8 Fév - 20:07



Sujet réservé à Fabian Mattezzi.

« Linnéa ? C’est le dessert du con de la douze. Monsieur ne veut pas que la crème touche le gâteau. Il a ajouté que la présentation était minable… » Le commis en restaurant posa l’objet du délit sur le plan de travail et recula de quelques pas, il savait que Linnéa ne pourrait se contenir.
« QUOI ?! Non mais il se fout vraiment de la gueule du monde celui-là ! Ca fait quatre mois qu’il me fait chier à renvoyer TOUS mes desserts. Tous ceux que les critiques ont adorés, ceux qui ont contribué aux putains d’étoiles de ce restaurant et NON ! MONSIEUR n’est pas content ! Laissez moi passer ! Je vais aller lui casser la gueule à ce connard ! » Quelques personnes tentèrent de se mettre sur son chemin, mais elle les repoussa violemment. « Laissez moi passer ! Ne vous inquiétez pas, je nettoierai après ! » Linnéa eut un rictus amer et sadique, elle était bien décidée à calmer ce chieur.

Les maxillaires plus contractés que qu’un étau, le regard noir, tueur et les mains tremblantes, elle débarqua dans la salle de réception d’un pas étrangement calme. Sa fureur transpirait par tous les pores de sa peau. Les clients la regardaient sans comprendre tandis que les employés sentaient l’orage venir. Depuis le temps qu’elle menaçait de le tuer sur place, de lui arracher ses organes avec une petite cuillère ou de lui lancer une grenade dans son lit, tout le monde savait Linnéa peu patiente et s’était étonné qu’elle ait résisté quatre longs mois. Mais trop, c’était trop. Aussi, la jeune femme traversa la salle pour arriver à la fameuse table douze, où ce gosse de riche attendait, souriant et confiant.
D’un coup, comme le tonnerre de Zeus, Linnéa abattit ses mains sur la table. Les couverts, l’assiette et le verre sursautèrent mais elle n’en s’en inquiéta pas.


« Très bien Monsieur-je-jouis-à-faire-chier-le-monde ! » Quelques vieux clients furent choqué par cette expression et murmurèrent en se demandant comment est-ce qu’on pouvait garder une employée avec un tel vocabulaire. « Cela fait pas moins que quatre mois que vous me renvoyez dessert sur dessert en prétextant que telle ou telle chose ne va pas alors que même les plus grands critiques gastronomiques les ont trouvé fabuleux ! » Son visage s’approcha un peu plus de lui, menaçant. « Alors, vous allez me dire quel est votre problème et MAINTENANT ! »

Sans crier gare, et avec une force qu’elle ne soupçonnait pas, Linnéa le prit par le col, le souleva de sa chaise et l’emmena jusque dans les cuisine où elle adressa un regard menaçant à l’assemblée qui comprit rapidement qu’il valait mieux pour eux de faire comme si rien de spécial ne se passait dans les cuisines.

Ca te va ? Je suis un peu une boulette pour les débuts… xD

_________________
    ©️ White Coton & Doomsday
    Elle s'excuse, se relève
    Il renfile sa chemise
    Ca fait un peu Adam et Eve
    En moins débile, bref ils sympathisent
    ©️ Volo ~ Le Bonheur


Dernière édition par Linnéa Bocarelli le Ven 13 Fév - 19:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://white-coton.livejournal.com
Fabian Mattezzi
SEXMACHINEmacho macho man. i've got to be a macho man.
avatar

Féminin Nombre de messages : 622
Age : 23
Humeur : In the mood for a dance ♥
Your Song : BAD DAY • daniel powter
Pseudonyme : Oaziis
Date d'inscription : 30/01/2009

MY COOKED LIFE
JOB : Emmerdeur de service
MY SWEET CANDIES :
THINGS TO DO :

MessageSujet: Re: Do you want to die ? [R.]   Dim 8 Fév - 20:34




Comme tous les soirs, depuis déjà quatre moins, le jeune homme allait dîner au Lion Doré, ce restaurant suisse dont la réputation n’est plus à faire tant la qualité de la nourriture servie est excellente. Les prix s’en ressentaient donc, mais cela n’était pas un réel problème pour le garçon qui avait l’avantage d’être né dans une bonne famille plus qu’aisée. Installé à la table qui lui est réservée chaque soir, il venait de finir son plat, du saumon grillé dont le goût était un réel délice. Il commanda un dessert, comme à son habitude, un gâteau au chocolat banal mais tellement bon. Le serveur était venu lui apporter le plat quelques instants après sa commande. Fabian contempla l’assiette qui se tenait devant lui. Un sourire qu’on pourrait qualifier de sadique apparut alors sur son visage. Cette manière de présenter le dessert, la disposition des décorations… Encore une fois, c’était la chef de partie, Linnéa, qui s’était chargée de préparer le plat. Comme dîner seul n’était pas vraiment très amusant, il avait trouver un bon moyen de se divertir ; énerver et enrager cette fille qui a eu le malheur de refuser ses avances, même si cette dernière avait sûrement déjà oublié cette anecdote puisqu’elle datait de presque un an.

Un serveur passa et Fabian l’interpella d’un simple « hé ». Après un court échange de courtoisie, le jeune homme pria l’employé de rapporter ce dessert et lista les différents défauts qu’il devait expliquer à la pâtissière. Le serveur s’exécuta, puisqu’il n’avait pas réellement le choix et s’éloigna au loin dans le labyrinthe qu’étaient les cuisines.

Un pur moment de solitude que le jeune homme savourait. Personne autour de lui, enfin si, il y avait les clients qui discutaient entre eux de sujets sans aucune importance, mais aucune personne ne troublait le calme qui régnait dans l’esprit de ce gosse de riche. Sauf ce tumulte dans les cuisines suivis de l’entrée fracassante et remarquée la femme qu’il essayait de faire craquer depuis quatre mois. Enfin, il avait enfin réussi son objectif et il n’en était pas peu fier. Cela lui arracha un large sourire sur le visage.

Lorsque la jeune femme fut proche de lui, le sourire qu’il affichait se transforma en un rire sadique dont lui seul avait le secret. La voir aussi énervée provoquait en lui un bonheur intense.


« Lui-même, je peux faire quelque chose pour toi ? »

Ensuite, le long laïus qui se voulait sûrement moralisateur fut une vraie partie de plaisir pour le jeune homme qui se délectait de la moindre parole de Linnéa.

« Tu sais, tu peux me tutoyer ! »

Puis, ce fut très rapide, il n’eut pas le temps de réagir, elle le souleva et le tira avec lui dans les cuisines, cependant, son sourire ne disparut toujours pas, il restait confiant.

« Tes desserts sont comme toi, dénués d’intérêts, sans saveur et sans forme. » avec une voix aussi calme que possible, il venait de l’insulter d’une manière très classe et imagée. Il était lui-même surpris d’avoir dit quelque chose d’aussi poétique.

« Après, si ça te pose un problème, on peut toujours voir ça en privé, quoique, là, nous sommes seuls, et le fait que tu m’aies tiré avec autant d’ardeur ne signifie qu’une chose… je te plais »



Moi je kiffe ton post 029

_________________

    The tide is high
    But I'm holding on
    I'm gonna be your number one
    Number one
    ©️ BLONDIE • the tide is high

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Linnéa Bocarelli
FIREADMIN Let me burn out. It's my way of life.
avatar

Nombre de messages : 390
Age : 26
Your Song : Like a Hobo ▬ Charlie Winston
Pseudonyme : White Coton
Date d'inscription : 24/01/2009

MY COOKED LIFE
JOB : Chef de partie - Pâtisserie
MY SWEET CANDIES :
THINGS TO DO :

MessageSujet: Re: Do you want to die ? [R.]   Mer 11 Fév - 17:26

Le sourire fière qu’arborait ce minable ne fit qu’amplifier la haine de Linnéa à son égard. Si elle avait appris à prendre sur elle durant des années et au prix d’incroyables efforts, ce foutu gosse de riche parvenait avec une facilité déconcertante à la faire sortir de ses gonds. Et si la jeune femme ignorait – ou du moins faisait mine d’ignorer – les raisons qui le poussait à être aussi désagréable avec elle, Linnéa ne le lui pardonnait pas. Alors, il fit déborder la baignoire – car tout le ressentiment que Linnéa contenait depuis quatre mois ne serait jamais entré dans quelque chose d’autre qu’une baignoire pour baleine obèse – en la tutoyant. Comment pouvait-il ne serait-ce qu’imaginer être assez proche d’elle pour la tutoyer. Il n’était qu’un client et elle, chef de partie. Et si tant était qu’ils avaient été liés d’une manière quelconque par le passé, ne lui donnait aucunement le droit de la tutoyer. Plus menaçante que jamais, Linnéa répliqua, cinglante : « Vous tutoyer ? Mais vous n’êtes qu’un merdeux de fils à papa qui ne pense qu’à son fric et à son pénis qui a besoin de faire sa promenade tous les soirs ! Jamais je ne m’abaisserais à de telles familiarités vous m’entendez ?!! » Là encore quelques personnes d’un âge avancé, furent outrés de cette manière si peu cavalière que Linnéa avait de parler à l’un de ses clients. Mais tous ignoraient les ignominies qu’il avait eut le culot de lui balancer presque tous les soirs pendant quatre longs mois durant lesquels la jeune femme s’était enfermée cinq minute dans la chambre froide pour se calmer, mais elle en ressortait encore plus haineuse. Le seul moyen qu’elle avait trouvé pour se détendre était d’écraser des oranges en imaginant qu’il s’agissait de sa tête-de-saumon-pas-cuit-et-pervers.

Alors, avec un force digne d’une haltérophile confirmée, elle souleva le jeune homme par le col de sa veste et l’entraîna avec force dans les cuisines, où elle incendia tout le monde du regard, les priants ainsi de continuer à cuisiner comme si elle n’était pas sur le point d’écharper un homme sous leurs yeux. Mais même ça, ne l’atteignait pas. Il avait toujours ce stupide et haïssable sourire de celui qui se croit le maître du monde et pense dominer tout le monde par sa supériorité la plupart du temps inexistante.


« Tes desserts sont comme toi, dénués d’intérêts, sans saveur et sans forme. » Sous le choc, Linnéa ne put que rester quelques secondes bouche bée. L’information – ou plutôt l’horrible insulte qu’il venait de lui lancer – n’arrivait pas à parvenir à son cerveau. La jeune femme ne parvint à traiter l’information qu’une seconde plus tard et elle fut surprise qu’un homme tel que lui fut capable de poésie, quoi que ce fut dans l’insulte. Mais sa réponse était prête et, un sourire carnassier aux lèvres, elle se rapprocha lentement de lui, menaçante et en même temps attirante « étrange beauté » que Baudelaire aurait tant aimé. « Ah… C’est donc ça… Mais ce n’est pas ce que vous disiez, il y a un an… » Raviver ce souvenir ne lui faisait guère plaisir, elle en avait d’ailleurs gardé une très mauvaise image. Coucher avec un homme que l’on hait cordialement juste parce que l’on est bourré ne constitue pas une excuse et Linnéa ne se l’était pas encore pardonné. Cependant, elle espérait bien que cela le déstabiliserait un peu car elle pensait bien que sa résistance, devait porter aux nerfs de ce dernier.

_________________
    ©️ White Coton & Doomsday
    Elle s'excuse, se relève
    Il renfile sa chemise
    Ca fait un peu Adam et Eve
    En moins débile, bref ils sympathisent
    ©️ Volo ~ Le Bonheur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://white-coton.livejournal.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Do you want to die ? [R.]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Do you want to die ? [R.]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SWISS' FLAVOURS :: LE LION DORE :: LES CUISINES-
Sauter vers: